desktop_header

Craft Beer

Traduite littéralement, l’expression anglaise « craft beer » désigne une bière brassée artisanalement. Simpliste, cette définition ne décrit que de manière très vague ce que recouvre en réalité une « craft beer ».

L’association américaine des brasseries défini « craft beer » comme la bière « brassée de manière traditionnelle par un brasseur travaillant en petites quantités et indépendamment des grands groupes ». Cette définition suppose toutefois qu’on définisse ce qu’on entend par « petites quantités ». Ce qui n’est pas sans poser de problème, car une petite brasserie américaine ne peut pas être comparée avec une petite brasserie suisse quant à sa taille. Aux États-Unis, une « petite quantité » correspond à une production correspondant à 9.54 millions d’hectolitres, soit plus du double de la consommation totale de bière en Suisse en 2014 ! De plus, les grandes brasseries comme les petites peuvent produire des bières artisanales, ce qui contribue à brouiller les cartes.

Une autre approche pour définir la notion de « craft beer » s’appuie sur l’idée du brasseur. Partant d’un concept original, il brasse et commercialise le produit indépendamment de la demande pour cette bière spéciale. Si la bière se vend bien, c’est simplement un effet collatéral bienvenu.

C’est donc tout autre chose qu’une brasserie qui produit une bière en fonction de ce que demande le marché. Là, la bière doit correspondre au goût de la majorité pour pouvoir s’imposer sur le marché.

Dans les deux cas cependant, la bière peut être produite de manière artisanale : c’est l’objectif et l’idée du brasseur qui les différencie. D’un côté, il y a le goût du maître brasseur, et de l’autre, celui du consommateur.

En Suisse, un grand nombre de nouvelles (micro-)brasseries sont fondées chaque année, et ce segment du marché connaît un essor remarquable. Comme une grande partie de ces brasseries s’attache à produire des bières originales, la diversité brassicole s’accroît.